Un audioguide 2.0 à la Gaité Lyrique

Réalisé par le collectif d’artistes Kom.post et le groupe Orbe, le projet « Audioguide 2.0 » présenté actuellement à la Gaité Lyrique dans le cadre de l’exposition 2062, est un audioguide particulier et novateur car détourné de son usage dit traditionnel pour devenir un outil de visite participatif.
L’application disponible sur smartphone (Android) est basée sur un système de captation et de restitution de contenus géolocalisés. Le visiteur dès lors qu’il photographie les Flash Codes disséminés tout au long de l’exposition  peut accéder à une liste audio de contenus en rapport avec une thématique où un moment de l’exposition. Après écoute des témoignages audios, le visiteur est invité à contribuer en laissant à son tour son point de vue.
L’application démarre avec un « substrat » de premiers contenus invités que les concepteurs ont collectés auprès d’artistes, d’historiens, d’experts ou encore de la population locale. Cette première parole constitue la base d’un discours validé qui permettra de servir de base aux futures contributions.
Kom.post précise « qu’il est important que les premiers enregistrements posent une base solide qui soit représentative de la multiplicité des discours possibles, capable d’introduire les visiteurs ultérieurs au dispositif et de les inciter à poser et à partager une réflexion qui dépasse le simple commentaire, mettant en valeur la précieuse singularité de l’expérience de chacun tout en rendant le processus compréhensible et facile d’utilisation ».
La fonction boussole du smartphone a été exploitée afin de restituer pour chaque commentaire le point de vue exact du contributeur. Lorsque le visiteur tourne lentement sur lui même, il voit les contenus se surligner ou non  pour signaler qu’ils sont consultables. Le visiteur se trouve alors dans la position du contributeur lors de l’enregistrement de son commentaire.
Le fonctionnement de ce dispositif permet au visiteur de l’utiliser à n’importe quel moment du parcours de visite. Les contenus peuvent être consultés indépendamment les uns des autres et ne suivent pas la chronologie de l’exposition. Un endroit inspire le visiteur, une phrase accroche placée au dessus de Flash Code l’interpelle, il peut alors déclencher l’application et écouter les paroles recueillies à cet endroit précis.


Le visiteur est libre de faire son propre parcours et de contribuer s’il le souhaite.
Le principe de l’audioguide 2,0 est très intéressant et doit évoluer en fonction de la nature et du contexte de l’exposition. Dans le cadre de « 2062 » la nature de certaines œuvres ou installations exposées ne permettent pas une mise en contexte simple. Il est parfois difficile de faire le rapprochement entre le commentaire audio et ce qui est exposé. Il est important dans cet exemple de prendre en compte les contributions « substrats » comme une autre vision de l’exposition et du lieu. Ces premiers commentaires sont de très bonne qualité tant au niveau du contenu que de la prise de son. Cependant je pense qu’il serait opportun que chacun des contributeurs se présente au début de son intervention afin que le visiteur sache qui lui parle et qu’ils reprenne en une phrase l’intention de départ du propos, ce qui n’était pas le cas pour tous les commentaires. En effet le visiteur serait plus enclin à partager également son point de vue s’il peut bien s’approprier les contenus censés le guider dans sa démarche et l’inciter à réagir.
Après avoir questionné quelques visiteurs qui venaient de tester l’audioguide 2.0 lors de l’inauguration de l’exposition, j’ai pu constater qu’à l’unanimité, ils trouvaient l’interface et l’ergonomie simple et agréable. Tous ont été très étonnés et intéressés par l’aspect collaboratif et non conventionnel du dispositif. Après une courte introduction de départ faite par un médiateur sur le fonctionnement de l’appareil et le principe du guide, la manipulation n’a posé aucun problème. La seule contrainte majeue qui pourrait affecter le fonctionnement du dispositif viendrait du wifi dont il dépend pour la diffusion des contenus. En cas de coupure de wifi sur le lieu d’exposition, le système cesse de fonctionner.

Ajouts possibles :
Sachant que l’on peut réaliser librement son propre parcours, il serait intéressant d’avoir accès à un outil de restitution du parcours de visite afin que le visiteur puisse retrouver sa visite après chez lui mais aussi que ce parcours puisse être proposé à d’autres visiteurs au même titre que les contributions audios.
Par exemple, un visiteur arrive dans l’exposition et voit sur le dispositif la possibilité d’effectuer la visite de Mme X, architecte de profession. Certains publics pourraient être intéressés à l’idée de suivre le parcours d’un « amateur expert » par exemple. Cela pourrait constituer un autre mode de visite.
Au niveau du confort de visite, il serait aussi intéressant de changer les casques audios traditionnels pour des casques type Audiobone©  qui proposent une conduction du son par les os et libèrent ainsi l’oreille afin de ne pas isoler complètement le visiteur et de favoriser les échanges entre les personnes.

Cet audioguide est également déployé sur la Chartreuse de Villeneuve les Avignon. Le contexte de visite étant différent il serait intéressant de comparer les deux configurations d’usages. En savoir plus

Audrey Defretin
Cet article, publié dans Expérimentations, Exposition, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s